Préparer sa retraite

Pour limiter la baisse de vos revenus au moment de prendre votre retraite, il est prudent de constituer progressivement, sur 10, 20 ou même 30 ans, un capital pour compléter vos revenus le moment venu.

Avant de vous lancer, prenez connaissance des différents dispositifs relatifs à l’épargne retraite.

Sommaire


 


Comment préparer son épargne retraite ?

Pour commencer, mettez votre budget en ordre de marche : il ne peut y avoir d’épargne durable si vos comptes ne sont pas équilibrés.

Constituez-vous en priorité une épargne de précaution qui vous permettra de faire face à une dépense imprévue. Cette épargne est là pour vous éviter de puiser dans vos placements en cas de coup dur.

Vérifiez également que vous n’avez pas un autre projet prioritaire : acquérir votre logement, payer les études de vos enfants…

Votre horizon est dégagé ? Alors, vous êtes prêt pour votre épargne retraite.

L’épargne retraite est un placement de long terme. Afin que votre effort d’épargne soit plus facile, versez régulièrement une somme d’argent, même petite, sur un placement dédié à cet objectif. Ces versements peuvent être ajustés à la hausse, comme à la baisse, en fonction de votre capacité à épargner tout au long de votre vie active.

Par exemple : 40 € placés chaque mois à 2 % pendant 30 ans vous permettent d’épargner 20 000 €.

Par ailleurs si vous êtes salarié, votre employeur peut également contribuer à la constitution de cette épargne retraite grâce à des dispositifs d’épargne salariale.

 

Quels sont les placements dédiés à l’épargne retraite ?

Plusieurs dispositifs d’épargne retraite peuvent répondre à vos besoins. Sachez que la loi Pacte a créé le Plan d’Épargne Retraite (PER), qui est amené à remplacer les dispositifs antérieurs à partir du 1er octobre 2020 :

  • Le PER Individuel a vocation à remplacer le PERP et le contrat « Madelin » ;
  • Le PERE Collectif a vocation à remplacer le PERCO ;
  • Le PERE Obligatoire a vocation à remplacer le contrat « Article 83 ».

Si vous détenez un de ces anciens contrats, vous pourrez choisir de le conserver après le 1er octobre 2020 ou de le transférer vers un PER.

Le PER peut prendre la forme d’un compte-titres, d’un contrat proposé par un Organisme de Retraite Professionnelle Supplémentaire ou d’un contrat d’assurance.

Par principe, les sommes épargnées sur un Plan d’Épargne Retraite sont bloquées jusqu’au départ en retraite, mais il existe différents cas de déblocage anticipé.

Pour en savoir plus :
PER en assurance et contrats de retraite supplémentaire : quel fonctionnement ?

 

Quelles sont les autres solutions d’épargne à long terme ?

D’autres placements répondent aussi à l’objectif de préparation de la retraite à long terme : l’assurance vie "multi-support" ou le plan d’épargne en actions (PEA).

Les sommes épargnées dans un contrat d’assurance vie peuvent être investies sur différents supports financiers plus ou moins risqués (fonds en euros, unités de compte, fonds euro-croissance). L’assurance vie permet aussi de se constituer une épargne de moyen terme ou de transmettre, à son décès, un capital à un ou plusieurs bénéficiaires désignés (hors succession).

Le PEA, lui, ne peut abriter que des placements majoritairement en actions et bénéficie d’un régime fiscal intéressant au-delà de 5 ans de détention.

Les sommes épargnées sur un contrat d’assurance vie ou un PEA ne sont pas bloquées jusqu’à la retraite. Elles peuvent être débloquées à tout moment. Il ne s’agit toutefois pas de placements de court terme.


Pour en savoir plus :
​Que faut-il savoir sur les contrats d'assurance vie ?
Quels supports financiers peuvent être proposés dans un contrat d’assurance vie ?
Compte-titres et Plan épargne en actions (PEA)

 

Comment diversifier ses placements pour le long terme ?

Une fois votre solution d’épargne choisie, la question est de savoir comment placer votre épargne, c’est-à-dire sur quels supports, garantis ou plus ou moins risqués. Vous pouvez par exemple investir en partie sur des supports en actions, risqués, mais potentiellement plus rémunérateurs à long terme, et en partie sur des supports financiers qui s’annoncent moins rentables mais qui sont plus sûrs.

Votre intermédiaire financier a l’obligation de vous interroger avant de vous délivrer un conseil de répartition de votre épargne. Il vous aidera à y voir plus clair.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas que le bon placement est celui qui correspond à votre profil d’épargnant :

          • si vous acceptez de prendre des risques avec votre épargne, c’est-à-dire de voir sa valeur fluctuer, vous pouvez investir en partie sur des placements diversifiés en actions ;

          • si vous n’avez pas l’âme d’un investisseur, choisissez les supports garantissant le capital placé ou peu risqués.

Mis à jour le : 14/04/2020 09:47