SCPI, OPCI, ce qu’il faut savoir sur les placements dans l’immobilier

Les rendements affichés ces dernières années par les placements dans l’immobilier (SCPI, OPCI, SIIC) attirent beaucoup d’épargnants. Mais il s’agit de placements risqués, notamment car la valeur de l’immobilier n’est pas garantie.

Sommaire

pile de pièces de monnaie devant un dessin de projet de maison

 

Investissement dans l’immobilier : que vérifier avant d’investir ?

Vérifiez que cet investissement correspond à votre besoin d’épargne et au risque que vous acceptez de prendre.

Un tel placement doit s’envisager sur le long terme (entre 10 et 20 ans au moins) : disposez-vous de ce temps ? Risquez-vous d’avoir besoin de cet argent d’ici là ?

Pour bien vous informer sur le risque et la durée recommandée du placement immobilier que vous envisagez, consultez le Document d’information clé pour l’investisseur ou DICI. Il doit obligatoirement vous être remis par votre conseiller financier habituel.

Avant tout investissement, prenez-le temps de réfléchir.

 

Qu’est-ce que l’investissement dans une SCPI ?

Une SCPI (société civile de placement immobilier) est un placement collectif qui permet d’investir dans des bâtiments destinés à la location, principalement des immeubles de bureaux, commerces et entrepôts, ainsi que dans des immeubles d’habitation. Il s’agit du placement immobilier le plus courant, mais il existe aussi les OPCI et SIIC.

Un épargnant qui achète des parts de SCPI possède une fraction d’un parc immobilier. L’investissement dans les SCPI permet donc d’investir indirectement dans l’immobilier.

Les gestionnaires de la SCPI trouvent les locataires, règlent les charges et les travaux, perçoivent les loyers.

Chaque trimestre, ils versent aux porteurs de parts une partie des revenus issus de la location des immeubles. A savoir : cette somme est imposée comme « revenu foncier ».
 

Avant d’investir dans une SCPI, informez-vous.

Le DIC, la note d’information, les statuts, le rapport annuel et les derniers bulletins trimestriels d’information vous aideront à choisir la SCPI qui vous correspond. Consultez le guide : «SCPI : la pierre papier" » pour tout comprendre des placements collectifs dans l’immobilier.
 

 

 En savoir plus : SCPI : comment bien s’informer ?
 

Calculez tous les frais

Avec un investissement de quelques milliers d’euros, il est ainsi possible de diversifier son patrimoine sans être tenu de mobiliser les sommes correspondant à l’achat d’un bien locatif. Il est aussi possible de financer l’achat de parts via un prêt. Sachez toutefois que les crédits immobiliers destinés à l’acquisition de parts de SCPI ne permettent pas aux emprunteurs de bénéficier du dispositif de libre choix de l’assurance emprunteur prévu par le code de la consommation.

Pour en savoir plus : Les souscripteurs de crédits destinés à l’acquisition de parts de SCPI peuvent-ils bénéficier du libre choix de l’assurance emprunteur ? ».

 L'achat de parts de SCPI entraîne des frais d'entrée (jusqu'à 12%), des frais de gestion annuels (environ 10% des revenus) et une commission (jusqu'à 10%) lors de la revente. Renseignez-vous bien sur ces frais, car ils peuvent avoir un impact important sur le rendement de votre placement.
 

Prenez en compte la liquidité !

Les parts de SCPI ne se revendent pas facilement : le délai peut être de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois.

Les SCPI "fiscales" offrent par ailleurs un rendement plus faible et sont plus difficiles à revendre.

 

Attention : de plus en plus de SCPI, ainsi que leurs organismes de gestion, sont victimes d’usurpations d’identité. Avant d’investir soyez vigilant et cherchez par vous-même les coordonnées de l’entreprise mentionnée, contactez-la directement, si besoin par voie postale, pour vérifier que votre interlocuteur en fait bien partie.
 

Attention

De plus en plus de SCPI, ainsi que leurs organismes de gestion, sont victimes d’usurpations d’identité. Avant d’investir soyez vigilant et cherchez par vous-même les coordonnées de l’entreprise mentionnée, contactez-la directement, si besoin par voie postale, pour vérifier que votre interlocuteur en fait bien partie.


Pour en savoir plus : SCPI, OPCI, SIIC : l'investissement dans l'immobilier
 

Le placement en SCPI ou OPCI est-il garanti ?

Ces placements sont soumis aux fluctuations du marché de l’immobilier qui a monté ses dernières années, mais il est difficile de prévoir son évolution future qui dépend de la conjoncture économique. Le rendement et le capital investi sont donc loin d’être garantis contrairement à ce qu’on peut lire parfois. La valeur d’une SCPI évolue en fonction du marché de l’immobilier. Les revenus locatifs peuvent diminuer (départ de locataires, relocation moins favorable) et la valeur de revente peut être inférieure à la valeur d’acquisition.

SCPI / OPCI : les questions à se poser avant d’investir
 

Mis à jour le : 03/02/2021 14:45