Assurance Banque Epargne Info Service

Un site proposé par : Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Banque de France Autorité des marchés financiers

Banque

Le découvert bancaire

Près d'un tiers des Français se déclare être à découvert au moins une fois par mois. Véritable "variable d'ajustement" de son budget pour certains, il est un passage obligé pour ceux qui s'y retrouvent dès le 15 du mois. Le découvert bancaire peut être une vraie calamité sur le long terme si l’on n’y prend pas garde. Comment y faire face ?

24 février 2016

 

Il n'y a pas si longtemps, avoir son compte bancaire à "0" était vu comme une catastrophe pour beaucoup de Français. Désormais, la pratique du découvert autorisé a évolué.


En effet, si le montant des découverts atteignait 5,9 milliards d'euros en décembre 2008, en juin 2015, il s’élevait à 7,6 milliards d'euros, soit une hausse de près de 30%.


Or, le découvert coûte cher : notamment à travers les fameux agios qui peuvent atteindre, dans certains établissements, plus de 17%.

Qu’est-ce qu’un découvert ?

Le découvert est un crédit utilisable par débit de votre compte de dépôt. Il en existe plusieurs types, et principalement :

  • le découvert "temporaire" : si un chèque ou un prélèvement se présente au débit de votre compte et que vous n’avez pas la provision suffisante, votre banque peut, à titre exceptionnel et en considération de votre situation personnelle, prendre la décision de le régler. Cette tolérance est accordée au cas par cas et peut ne pas être renouvelée.
  • le découvert remboursable dans un délai d’un mois maximum, communément appelé "facilité de caisse ou de trésorerie" : il implique un accord préalable de votre établissement dont les modalités (montant, durée, utilisation, frais et taux d’intérêt débiteur applicables) sont précisées dans votre convention de compte.

Attention : la facilité de caisse est autorisée pour un montant et une durée déterminés. Ces deux conditions sont cumulables.

À savoir : si votre compte fonctionne à découvert pendant plus de 3 mois, votre banque doit soit en exiger le remboursement immédiat, soit vous proposer une autre forme de crédit (crédit amortissable).

  • le découvert dont la durée de remboursement est supérieure à un mois sans dépasser trois mois : le prêteur indique au consommateur, par écrit et préalablement à la conclusion de l’opération de crédit, les informations nécessaires à la compréhension de son engagement. D’autres obligations, à la charge du professionnel, sont également prévues.
  • l’ouverture de crédit utilisable par découvert en compte d’une durée supérieure à trois mois et, en général, inférieure à un an.

Ces deux dernières catégories de découvert sont des crédits à la consommation soumis en tant que tels aux dispositions des articles L. 311-1 et suivants du code de la consommation.

Comment gérer mon découvert ?

Si vous éprouvez des difficultés passagères pour rembourser votre découvert ou si vous dépassez votre autorisation en montant et/ou en durée, nous vous recommandons de contacter votre conseiller dès que possible afin d’éviter tout rejet de prélèvement ou de chèque.
Si cette situation se répète, il pourra alors vous proposer des solutions plus à même de répondre à vos besoins.

En effet, il faut garder à l’esprit que l’autorisation de découvert inférieure à un mois peut être retirée à tout moment. Même intégrée dans la convention de compte, le banquier peut décider d’y mettre fin moyennant une notification préalable et sous réserve de respecter un préavis contractuel.

Aussi, il est important en toutes circonstances, que vous ayez signé ou non une offre de contrat de crédit, de bien gérer votre découvert et d’en respecter toutes les conditions (montant et durée d’utilisation).

Il existe également quelques astuces qui permettent de limiter les risques d’un dépassement de découvert.

  • L'établissement d'un budget, même dans ses grandes lignes, peut vous aider à y voir plus clair et à trouver des marges de manœuvres insoupçonnées. La bonne vieille technique du tableau avec les colonnes dépenses et recettes garde son efficacité !
  • Vous pouvez également suivre depuis internet l'évolution de votre compte en banque et, ainsi, choisir de reporter certaines dépenses non contraintes qui pourraient le faire basculer au-delà de votre autorisation de découvert. De nombreuses applications sur téléphone portable, le plus souvent gratuites, vous permettent de connaître l'état de votre compte bancaire en temps réel, et des alarmes sont prévues si le solde du compte se rapproche du seuil critique.
  • Préférez une carte à débit immédiat, laquelle vous permet de suivre plus facilement vos opérations.
  • Enfin, si votre situation l’exige, vous pouvez demander à bénéficier de l'offre spécifique à la clientèle fragile.

Attention : hormis si vous êtes inscrit au fichier central des chèques (FCC) depuis au moins trois mois ou recevable à la procédure de surendettement, cette offre se fait à l'appréciation de la banque en fonction de l’existence d’irrégularités dans le fonctionnement de votre compte, d’incidents de paiement à répétition pendant 3 mois consécutifs ou du montant des ressources que vous y versez. Cette offre, spécifique donc à une certaine catégorie de public, ne doit pas coûter plus de 3 € par mois.

En tout état de cause, il ne faut jamais laisser un découvert perdurer et se creuser, auquel cas le risque d’être inscrit sur l’un des fichiers tenus par la Banque de France (utilisation abusive de carte bancaire, chèque sans provision ou incident de paiement caractérisé) est bien réel.

En cas de difficultés passagères, il est recommandé d’en informer immédiatement votre banque en vue d’envisager conjointement les moyens de les surmonter.